Vous êtes dans : Accueil > En 1 Clic > Agenda > Culture > Connaissance du Monde : Istanbul, faits et reflets

Connaissance du Monde : Istanbul, faits et reflets

Le 7 Février 2012
Lieu : Salle de l'Héronnière

Photographe, cinéaste et grand voyageur, depuis 30 ans qu’il parcourt la planète, rapporte notes, sons et images, Olivier Berthelot sait aussi partager son regard sur le monde et les hommes. Dans les pays qu’il raconte, il a séjourné longtemps, noué des relations et vécu des rencontres fortes… Mais c’est justement parce qu’il a d’abord su regarder les gens sans artifice, que ce grand voyageur est à même de faire passer aujourd’hui un témoignage sensible et humain.

Istanbul, faits et reflets

Istanbul, la ville à cheval sur deux continents, l’ancienne Byzance devenue Constantinople.
Byzance, disait ses habitants, est une ville-monde, mais l’Istanbul d’aujourd’hui est une mégapole à l’échelle du XXIe siècle. Olivier BERTHELOT, le réalisateur, aime cette ville et la fréquente depuis 1978. Il nous entraîne dans « son » Istanbul.
La clef de la ville, c’est sa situation géographique à l'entrée du Bosphore, lieu de passage et place de rencontre. Trafic de cargos intense, milliers de traversées quotidiennes d’Europe en Asie, projet de nouveau pont, tunnel ferroviaire en construction, cette frénésie de transport caractérise le lieu. La péninsule historique surveille l’embouchure et conserve en son sein les joyaux de l’histoire, Sainte Sophie et le palais de Topkapi. De là, nous pénétrons une Istanbul faites de petits quartiers, d’ambiances animées ou recueillies, une ville de contrastes forts entre ancien et nouveau, entre cultures traditionnelles et occidentalisation. Les nouvelles galeries commerciales concurrencent-elles le grand bazar ? Les tours de Levent, nouveau quartier d’affaire, ne surplombent-elles pas des minarets ? Ici, les extrêmes se côtoient, l’image de la femme en est un exemple. La ville a sa poésie propre, un stambouliote nous lit un célèbre poème, et toute une part d’Istanbul se dévoile.
Sur cette société humaine, l’auteur pose un regard respectueux. Du sanctuaire d’Eyüp, lieu de pèlerinage de l’Islam au musée d’art moderne Santral Istanbul, en passant par les îles des Princes s’ouvre à nos yeux une Istanbul multiple, touchante et attirante. Dans le quartier de Beyoglu, la jeunesse invente la « movida turque » pendant que dans les lointaines banlieues, l’exode rurale jette encore nombre de paysans. La mégapole vit une expansion démographique, économique et culturelle, confortée dans son expérience d’une des plus anciennes villes du monde et renforcée par la créativité et la vitalité d’une population jeune. De cette balade à travers la ville, on sort non seulement fasciné par la beauté de la cité, mais étonné et séduit par son évolution.

Haut de page