Violences : les aides pendant le confinement

La crise sanitaire liée au virus Covid-19 a conduit le Gouvernement à décréter un nouveau confinement, effectif depuis jeudi 29 octobre minuit, afin d'en limiter la propagation. Le contexte sanitaire est un facteur aggravant pour les femmes victimes de violences conjugales et leurs enfants lorsqu’ils sont confinés avec leurs agresseurs.

Les victimes peuvent quitter leur domicile à tout moment, sans devoir disposer d'une attestation. Elles peuvent appeler le 17 ou utiliser le 114 par sms en cas de danger immédiat

Parmi les autres services à leur disposition :

  • le 39 19, numéro gratuit et anonyme (en semaine de 9h à 22h, et les samedis, dimanches et jours fériés de 9h à 18h) qui dispose également d'un partenariat de 2 000 courses gratuites avec Uber jusqu'au 31 mars 2021
  • un site internet est disponible 24h/24 et 7j/7 avec un tchat anonyme et non traçable : https://arretonslesviolences.gouv.fr
  • l'application "APP-ELLES" de soutien entre femmes : https//www.app-elles.fr
  • un tchat gratuit : www.commentonsaime.fr
  • le dispositif "Alerte pharmarcie" qui permet de se signaler en pharmacie. L'officine se charge ensuite d'alerter les forces de l'ordre
  • le 119 est à la disposition des enfants (appel gratuit 24h/24, 7j/7)
  • le 01 40 47 06 06 (disponible le lundi de 10h à 12h et de 14h30 à 17h30; le jeudi de 10h à 13h) est à la disposition des femmes en situation de handicap

Pendant la période de confinement les centres d’hébergement des femmes victimes de violences poursuivent leur activité.

SOlidarité femmeS Loire-Atlantique

Présente, sur le département de Loire-Atlantique, depuis plus de 40 ans l'association accompagne les femmes victimes de violences conjugales et leurs enfants (environ 1300 femmes/an). L'association appartient au réseau de la Fédération nationale Solidarité femmes support du n° d’appel 3919.

 

Pendant le confinement, les professionnelles de SOlidarité femmeS Loire-Atlantique poursuivent leur engagement et son mobilisées et à l'écoute des femmes victimes de violences conjugales, de leur entourage et auprès des professionnels via :

  • la ligne d'écoute téléphonique de l'association ouverte le lundi, mercredi, jeudi et vendredi de 9h30 à 17h30, le mardi de 13h30 à 17h30 au 02 40 12 12 40 ou par mail à contact@solidaritefemmes-la.fr
  • l'accueil physique sur rendez-vous après appel téléphonique sur la ligne d'écoute au 02 40 12 12 40 au siège de l'association 23 rue Jeanne d'Arc à Nantes le lundi, mercredi, jeudi et vendredi de 9h30 à 17h, le mardi de 13h30 à 17h
  • la mise en sécurité des femmes et de leurs enfants, à la demande des femmes et leur accompagnement, à l'hôtel ou en gîte
  • la remise d'un "Téléphone Grave Danger" à la demande de la justice, pour les situations de danger qui le nécessitent et l'accompagnement des femmes qui en bénéficient
  • le renforcement du lien d'accompagnement avec les femmes hébergées actuellement dans le centre d'hébergement et de réinsertion sociale.

En cas d'urgence et de danger immédiat, vous pouvez appeler police secours (17) ou envoyer un SMS au 114.

 

CIDFF - Centre d'Information sur les Droits des Femmes et des Familles

 

Le CIDFF de Nantes maintient son activité d'information juridique au moyen de ses permanences téléphoniques, qui ont lieu :

 

Le mardi et le jeudi, de 9h30 à 12h00

 

Au 02 40 48 07 36

 

Permanences téléphoniques pour vous aider au quotidien Hors de ces créneaux, le CIDFF reste joignable sur l'adresse mail :  cidffnantes@orange.fr

 

 

 

Informations annexes au site