Vie municipale

Un soutien massif des élus locaux à Saint-Aignan de Grand Lieu

Vendredi 2 février, le maire et les conseillers municipaux ont adressé leurs voeux à la population. A cette occasion, les élus locaux, départementaux, régionaux, députées, sénateurs avaient fait le déplacement pour réaffirmer massivement leur soutien à Saint-Aignan de Grand Lieu suite à l'abandon du projet de transfert de l'aéroport.

Mis en ligne le

Unité des élus locaux

C'est dans une salle de l'Héronnière bondée (600 personnes) que s'est tenue la cérémonie.

Aux premiers rangs :

  • Christelle Morançais, présidente de la région Pays de la Loire ;
  • Johanna Rolland maire de Nantes et présidente de Nantes Métropole ;
  • Freddy Hervochon et Myriam Bigard, conseillers départementaux de Loire Atlantique ;
  • Aude Amadou et Valérie Oppelt députées ;
  • Michelle Meunier, sénatrice et Yannick Vaugrenard, sénateur ;
  • Les 19 maires de l'agglomération, les 5 autres (Thouaré, Bouguenais, Sainte-Luce sur Loire, Saint-Jean de Boiseau et Orvault) étant représentés par leur premier ou second adjoint.

Une unité qu'a salué Jean-Claude Lemasson, le maire, souhaitant : "qu'elle résiste au temps car il faudra tous ensemble dessiner nos nouvelles perspectives pour le territoire".


Ce à quoi s'est engagée Johanna Rolland : "La décision prise par l'Etat nous affecte toutes et tous. C'est collectivement que nous allons y faire face, y répondre, comme nous l'avons toujours fait sur notre territoire. Appuyons nous sur cette solidarité, cette force collective pour surpasser notre colère, notre incompréhension.Je les sais réelles et légitimes. J'ai confiance en notre mobilité collective. Nous serons ensemble. Je serai, la Métropole sera aux côtés des habitants de Saint-Aignan de Grand Lieu."

 

Trahison de l'Etat

Jean-Claude Lemasson a pris le temps de revenir sur la décision de l'Etat de non transfert de l'aéroport de Nantes Atlantique vers Notre-Dame des Landes, la qualifiant de trahison :

  • Trahison envers la parole des citoyens exprimée lors de la consultation locale référendaire du 26 juin 2016,
  • Trahison envers les représentants territoriaux s’étant largement exprimés pour le transfert ;
  • Trahison au regard des arguments développés par les candidats aux différentes élections territoriales et nationales ;
  • Trahison au regard des moyens mis en œuvre pour la constitution de divers dossiers des commissions du dialogue et de médiation si mal nommée ;
  • Trahison envers le développement du territoire et sa capacité à assurer son avenir ;
  • Trahison envers les engagements pris depuis la Déclaration d’utilité publique (DUP) de février 2008, et son cortège de décisions nationales et territoriales ;
  • Trahison envers la commune et son projet de développement engagé sur ces bases depuis 2008.

Quel avenir pour la commune ?

Puis, le maire a esquissé les grands axes de sa stratégie pour assurer un avenir à Saint-Aignan de Grand Lieu depuis ce terrible 17 janvier 2018.

Une stratégie qui repose sur trois axes :

  • Protéger et défendre les riverains ;
  • Gérer le court terme en assurant la continuité des services ;
  • Gérer le moyen et le long terme avec l'Etat.


"Sur ce dernier point, nous serons intransigeants quant aux solutions réparatrices proposées par l'Etat notamment concernant la relocalisation des équipements socio-éducatifs de la commune (écoles, Maison de jeunes...) et le reconfiguration de la centralité de la commune afin d'assurer aux prochaines générations les conditions nécessaires au bien vivre ensemble."

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vidéo du discours de Jean-Claude Lemasson

Vidéo du discours de Jean-Claude Lemasson