Environnement

Prairies humides, vignes, cultures maraîchères, zones boisées constituent les terres de Saint-Aignan de Grand Lieu. Pour mieux respecter chacun de ces milieux, les jardiniers municipaux n'utilisent plus de pesticide, ont adopté le fauchage tardif, développent l'écopâturage...

0% de pesticide

Depuis 2009, les jardiniers municipaux n'utilisent plus aucun pesticide pour entretenir les espaces verts de la commune. Ils désherbent donc plus souvent et paillent aussi beaucoup pour limiter la prolifération des mauvaises herbes.

Ils n'arrosent plus ou que très rarement ; privilégient les plantes vivaces car elles présentent l'avantage de repousser d'une année sur l'autre ; développent les jachères fleuries. Ils s'équipent progressivement d'outils sur batterie, moins polluants et moins bruyants.

 

Fauchage tardif

La commune a opté pour le fauchage tardif de certains de ses espaces verts. Cela signifie que ces espaces ne sont plus tondus régulièrement mais qu'une à deux fois par an et que les herbes hautes atteignent donc des hauteurs inhabituelles.


Pratiquer le fauchage tardif, c'est agir pour la biodiversité en laissant à la nature le temps de développer des zones refuges pour les petits animaux et les insectes pollinisateurs. La survie de bien des espèces de plantes est également préservée.

Le fauchage tardif réduit aussi la fréquence d'intervention des agents, permet de gagner du temps, de limiter les déplacements.

Ecopâturage

Depuis 2019, des chèvres ont fait leur apparition dans un pré, à l'arrière de la salle de la Pavelle, dans le cadre d'un contrat avec un agriculteur. La commune teste l'éco-pâturage pour entretenir certains de ses espaces verts.

L'éco-pâturage permet de recréer l'ambiance paysagère d'antan (il y avait autrefois de nombreux troupeaux de chèvres et de moutons à Saint-Aignan de Grand Lieu). Il offre un point d'attraction aux enfants, familles, promeneurs. Il évite l'emploi systématique de la tondeuse mécanique et réduit le coût de gestion des espaces verts.

Forêts urbaines

Nantes Métropole agit pour l'aménagement durable de son territoire notamment via un projet de forêts urbaines qui remonte à 2006. Il existe trois forêts urbaines au sein de Nantes Métropole dont la forêt urbaine de la zone Sud Ouest (780 hectares) qui se situe aux abords du Bougon, entre la Loire et le lac de Grand Lieu, à cheval sur les communes de Bouguenais et de Saint-Aignan de Grand Lieu.

Objectifs : protéger ces zones soumises à la pression urbaine, les développer, les relier entre elles tout en offrant aux habitants des espaces de loisirs et de découverte de la nature à leur porte.


La commune de Saint-Aignan de Grand Lieu prend pleinement part à ce projet. Ses deux forêts communales - les Épinais et la Marionnière - situées dans le périmètre de la forêt urbaine Sud Ouest font l'objet d'une gestion forestière adaptée : marquage des arbres tordus, malades à abattre pour laisser la place aux autres de se développer, vente du bois coupé, etc...

Friches agricoles

La commune de Saint-Aignan de Grand Lieu participe au projet de valorisation des friches agricoles mené par Nantes Métropole et la Chambre d'agriculture.

Ce projet consiste à défricher les anciennes cultures maraîchères, anciens vignobles pour les mettre à disposition d'agriculteurs de l'agglomération en manque de terres à cultiver. L’agriculture périurbaine est essentielle à l’équilibre du territoire.

 

Informations annexes au site